LE DEVELOPPEMENT DE LA GYMNASTIQUE EN AFRIQUE

LE DEVELOPPEMENT DE LA GYMNASTIQUE EN AFRIQUE
par M. Mohamed YAMANI
Président d’honneur de l’UAG

Le développement n’étant une science exacte, il est très difficile de se prononcer sur un model de développement compte tenu de la spécificité liée à  chaque pays africain dans un continent aussi vaste que le continent africain. Au regard de la diversité  culturelle et les moyens dont disposent les pays aidant,  je me contenterai dans un premier temps d’énumérer des réalités avant d’aborder le problème en lui-même et fournir par la même occasion des outils permettant l’accès au « développement », le développement  pris dans le sens le plus large du terme.

Comme point de repère je citerai les:     

Ø  450.000 Pratiquants      en Suisse,
5.400.000                            en Allemagne,
4.500.000                            aux Etats Unis
300 .000                              en France

Ces chiffres englobant tant aussi bien la pratique de la gymnastique pour tous  que celle réservée aux compétiteurs dans chaque pays concerné.

Il faut savoir qu’au niveau de ces 05 pays nommément cités, dont le développement est une réalité palpable, peinent à se maintenir au plus haut sommet de la hiérarchie internationale tant la concurrence est rude quant à l’occasion on évoque les championnats du monde ou jeux olympiques. Nous sommes en droit de nous intéresser aux statistiques des  pays africains dont les effectifs des pratiquants est semble-t-il mille (1.000) fois moins important avec des moyens dans la majorité des cas  tout à fait dérisoires, à quelques exception près, voir inexistants.  A défaut de statistique fiables, je dirai  avec une certitude que les deux  les deux volets de la gymnastique existent avec plus ou moins de bonheur dans les 24 pays affiliés à la FIG et UAG.

En attendant la mise à jour des informations concernant  chaque pays africain quant aux statistiques, nous allons dans un premier temps nous poser quelques questions que je juge indispensables pour la poursuite de notre réflexion, dont la plus importante est :

  • Les  anciennes  comme les  nouvelles fédérations ont-elles des moyens humains, infrastructurels, matériel et financiers leur permettant de faire  face au problème du développement et la prise en charge de la préparation de leur élite ?
    •    Répondre à cette question, c’est répondre au problème lié à cette rubrique « développement ».

Quand on parle développement, il y a un volet à ne pas sous estimer, à savoir la multiplicité des disciplines  composant  la Gymnastique identifiées comme suit :

  1. Gymnastique Artistique Masculine (GAM)
  2. Gymnastique Artistique Féminine (GAF)
  3. Gymnastique Rythmique (         GR)
  4. Aérobic (AER)
  5. Trampoline Tumbling (TRAM)
  6. Gymnastique Acrobatique (GA)
  7. Gymnastique pour Tous (GPT)

Aussi éloignée les unes des autres par leur caractère spécifique. A titre d’exemple, je dirai que l’entraîneur ou le juge en GAM, n’a rien à voir avec un entraîneur ou une juge en GR ou autre spécialité, sans parler du matériel spécifique à chacune d’elle.

Quels seraient les réponses aux questions que ne manquent pas de se poser aux  anciennes comme aux nouvelles fédérations africaines, si d’aventure le choix se porte sur la prise en charge tout azimut à savoir les 07 spécialités ou au contraire sur l’une d’elle comme s’est le cas dans certains pays.

Comme il n’y a pas une réponse mais des réponses  quelque soit le secteur d’activités « massification ou élite », j’énumèrerai une première série de questions qui demande réflexion :

·         Avant toute chose : qu’est ce que le développement et Quel sont les moyens à mettre en œuvre pour y parvenir ?

·         Qu’est que la gymnastique pour tous et les moyens à mettre en œuvre faire face à cette pratique gymnique ?

·         Qu’est ce que la gymnastique de compétitions et quels sont les moyens à mettre en œuvre pour faire face  à cette catégorie de pratiquants ?

Nous ouvrons cette première page Développement
en espérant qu’elle suscitera une adhésion et une participation active tant au plan continental qu’international pour nous aider à faire de la « Gymnastique en africaine » une réalité, en renforçant nos points forts et développer nos points faibles.

© 2017 UNION AFRICAINE DE GYMNASTIQUE | Réaliser Par DIGITAS   |  Déclaration de confidentialité